Cheveux d’or et cheval blanc

IMG_20131211_230332
C’est mon dernier jour. Enfin, devrais-je plutôt dire mon dernier soir à pavaner en robe blanche, sous un fluo rose. Demain, je ne serai plus là. J’aurais pris place au milieu des cartons, dans un bric à brac de vieux souvenirs. Je n’éprouve pas de nostalgie particulière. J’ai fait mon temps comme ma patronne s’emploie à le répéter aux derniers clients du salon venus la saluer. – « Vous savez, il faut savoir parfois tourner la page ». Pourtant, avec moi, elle n’a jamais su bien la tourner la page. Je suis son porte bonheur, le jouet qu’elle n’a pas su laissé dans l’enfance. J’ai été la première crinière qu’elle a soignée. Voilà vingt ans que j’observe en première ligne, depuis ma vitrine, les vas et vient de ceux et celles qui veulent une nouvelle tête. La plupart du temps ce n’est pas devant moi que l’on s’arrête mais plutôt sur la photo de celui ou celle qui a la mèche dans le vent. Et moi dans mon habit de cire, le poitrail en avant, prêt à galoper vers une nouvelle aventure, personne ne me remarque. Personne. Même celle dont j’accompagne le quotidien depuis tant d’années, pour elle, je ne serai bientôt plus qu’un vieux souvenir. Elle m’a rencontré le jour de ses huit ans. En dénouant le ruban du paquet, elle s’est emparée de ma crinière qu’elle a coiffée et recoiffée, encore et encore. J’ai été son premier cheval à coiffer. L’animal que l’on chouchoute là où d’autres tressaient les cheveux de leurs poupées. Quand elle a ouvert son salon, il y a vingt ans, elle m’avait mis à l’abri des regards à côté des bigoudis et des shampoings. Les clients plus jeunes lui demandaient pourquoi avoir appelé son salon de coiffure « Cheveux d’or et cheval blanc ». Certains connaissaient l’air de la chanson de l’idole des jeunes : « Cheveux d´or entre mes mains…Et le cœur au grand galop….Tous les deux on s´est aimé…Et lorsque je m´en souviens…J´en ai l´cœur au galop…J´en ai l´cœur à l´été. » Et puis, elle m’a finalement mis sous les feux de la rampe, pas au vert mais au rose. Là au milieu de nulle part et aux vues de tous. Moi aussi j’ai mérité ma retraite. Une nouvelle page va se tourner.

Advertisements

7 thoughts on “Cheveux d’or et cheval blanc

  1. Pingback: « Vieux Treddy » pour la #Teamecriture | Charmithorinx

  2. Pingback: Elle que je ne méritais pas | plumechocolat

  3. Pingback: Madeleine | Benoit Desbasque – Mes escapades d'auteur

  4. Pingback: Jeu Team Ecriture | Christophe

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s